Peut-être ne le saviez-vous pas, mais il existe deux Internet ! L’Internet classique, celui que vous connaissez et que vous utilisez au quotidien, sur lequel vous pouvez lire cet article. Il est très facilement accessible et est indexé par les moteurs de recherche.

On trouve ensuite le web profond (le « Deep Web ») qui représente environ 96% de l’intégralité du web sur lequel se trouve un très grand nombre de pages non référencées pour diverses raisons : URL dynamiques générées à la volée, sites nécessitant une authentification (banques, journaux en ligne…), données non comprises par les moteurs de recherche…

Et puis il existe un petit sous-ensemble du web profond auquel on ne peut accéder sans logiciels spécifiques, c’est le dark web.

Mais qu’est-ce donc que le dark web ?

Le dark web existe sur des darknets, des réseaux superposés utilisant des protocoles spécifiques intégrant des fonctions d’anonymisation et constitués par des personnes qui se connectent entre elles notamment pour des échanges de fichiers. Ces réseaux se superposent à Internet, mais nécessitent des logiciels spécifiques pour y accéder. Ainsi, ils ne sont pas accessibles ou même visibles aux personnes non initiées.

Par exemple, parmi les logiciels largement utilisés, le logiciel Tor cache un darknet. Tor peut être utilisé pour anonymiser son activité sur Internet lorsque vous surfez sur le web visible, mais il peut également vous servir à accéder à des sites spéciaux se terminant en .onion sur lesquels vous ne pourriez pas accéder avec un navigateur classique. Ces sites utilisent Tor pour se camoufler sur le web et seuls les utilisateurs de Tor peuvent y accéder, ce qui les rend très peu visibles !

Les sites cachés de Tor constituent le darknet le plus connu sur la toile, mais il existe bien évidemment d’autres darkenets utilisés à des fins diverses comme le partage de fichiers secrets, de logiciels piratés ou de fichiers médias.

Qu’allez-vous trouver sur le dark web ?

Sur les darknets se cachent des sites web qui ne veulent pas être accessibles sur le web normal où ils pourraient être trouvés facilement. Ces sites web constituent ce qu’on appelle le dark web.

Le dark web fournit l’anonymat à la fois aux sites web qui le constituent et aux visiteurs de ces sites web. Des dissidents politiques dans des pays où les régimes autoritaires laissent peu de place aux opposants sont susceptibles d’utiliser le dark web pour communiquer et s’organiser (on retrouve un peu l’esprit de « Radio Londres » et de la résistance pendant la 2e Guerre Mondiale avec ses réseaux de communication parallèles).

Les lanceurs d’alertes peuvent divulguer des secrets sur le dark web en utilisant des sites comme celui du journal américain The New Yorker accessible par Tor afin de garantir un plus grand niveau d’anonymat. Même Facebook peut être accédé depuis Tor pour garantir la sécurité des utilisateurs se connectant dans des pays ou Facebook est censuré ou interdit.

Mais au-delà de ces utilisations positives et visant à lutter pour la liberté, l’anonymat du dark web permet l’existence d’une multitude d’autres sites qui n’auraient pas pu voir le jour sur le web normal, pour de bonnes raisons !

En effet, nombreux sont les sites proposant de la drogue, des armes, de faux documents ou encore des codes de cartes de crédit volés… Vous trouverez également des sites de jeux en ligne ou des annuaires de criminels avec des petites annonces de personnes se proposant pour un assassinat. Tous ces services sont en général payés en Bitcoin, cette monnaie virtuelle garantissant elle aussi un certain anonymat.

D’ailleurs, le site du dark web qui a fait le plus parler de lui ces dernières années est Silk Road, une énorme place de marché noir dédiée notamment à la vente de drogue et sur laquelle les paiements se faisaient en Bitcoin et les acheteurs recevaient leurs commandes par la poste comme sur n’importe qu’elle autre e-retailer. Silk Road a été démantelé en novembre 2014 par le FBI.

silkroad-drogue-dark-web Le Dark Web c'est quoi ? Découvrez la face cachée d'Internet !
Une capture d’écran de Silk Road – source Ulyces

Il est donc très important d’être conscient que tout ce qui se trouve sur le dark web n’est pas forcement fiable et légitime (en plus d’être illégal !). En effet, même si cela n’est pas quantifiable du fait de l’absence de statistiques dans ce monde parallèle, une grande partie de ce qui s’y trouve pourrait bien n’être que des arnaques pour gagner de l’argent sur le dos des « clients ». Difficile en effet pour un client d’aller se plaindre à la police en disant que l’utilisateur Sniper77 n’a pas effectué sa prestation d’assassinat alors qu’il a bien été payé ! On peut également imaginer que sur ces sites il existe des pièges tendus par la police pour prendre sur le fait des personnes cherchant des produits ou services illégaux !

Bref, pourquoi aller sur le dark web ?

En fin de compte, il existe vraiment très peu de raisons légitimes qui pourraient vous conduire sur le dark web. Comme on l’a vu un peu plus haut, si vous êtes un lanceur d’alerte ou que vous vivez dans un pays où toutes les libertés ne sont pas garanties, le dark web peut être un outil valable… pour le reste, évitez tout simplement de vous y rendre !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz