Si vous êtes un peu sorti de votre grotte ces derniers jours, vous n’avez pas pu échapper au battage sur la démocratisation des réseaux 4G de téléphonie mobile. Attention je vais tout de suite briser le suspens en vous précisant que 4G signifie 4e génération… cela voudrait donc dire qu’il y aurait eu 3 générations de réseaux avant cela ? Bah oui ! M’enfin c’est pas si simple…

L’heure est donc venue de faire un point sur la téléphonie mobile et les différents types de réseaux existants pour s’y retrouver un peu dans ce monde sans fils !

Bon, je ne vais pas vous le cacher, le sujet est très vaste… mais nous allons tenter de rester dans le concret en ne parlant que de la partie visible de l’iceberg, celle qui nous concerne au quotidien.

radiocom-2000-300x267 GSM, GPRS, Edge, 3G et maintenant 4G... les clés pour mieux comprendre les réseaux mobiles !
Mobira Talkman, Nokia, 1984

Allez, c’est parti… on se concentre !

La première génération de téléphonie mobile (1G) est arrivée en France en 1986 sous le nom de Radiocom 2000 et utilisait la modulation analogique pour la voix. Son utilisation est coûteuse, les téléphones sont énormes et la pénétration reste faible (60 000 abonnés en 1988).

Cette époque voit néanmoins la naissance de la concurrence avec la création de la Société Française de Radiotéléphones (oui SFR veut bien dire quelque chose) !

La seconde génération (2G) est un peu moins méconnue et je parie que l’acronyme GSM vous parle plus ! Par contre sa signification de Global System for Mobile Communication est moins utilisée.

Avec cette génération qui débarque au début des années 90, la qualité des communications va nettement s’améliorer grâce à l’utilisation de technologies numériques. La démocratisation du mobile est lancée mais elle ne concerne encore que la voix. Mais pas pour longtemps !

En effet, deux évolutions aux noms familiers, vont avoir lieu au cours de cette deuxième génération :

  • le GPRS : qui permet l’échange de données sur les réseaux GSM (et donc l’accès à un internet naissant) avec des débits théoriques pouvant atteindre 171,2 kbps
  • l’Edge : qui permet des débits théoriques jusqu’à 384 kbps

C’est avec la troisième génération (3G) de réseau que l’internet mobile va exploser et ainsi déclencher l’âge d’or des smartphones. L’arrivée de la 3G est synonyme de rapidité. Avec ses débits démultipliés il est désormais possible de surfer sur des sites bourrés d’images mais surtout de regarder des vidéos sur son téléphone depuis internet !

Ici encore, plusieurs évolutions vont avoir lieu, pour des débits toujours meilleurs :

  • l’UMTS (de 2004 à 2009 en France) va frôler des débits théoriques à 2 Mbps
  • l’HSPA (à partir de 2010), l’HSPA+ et le DC-HSPA+ vont atteindre respectivement 14,4, 21 et 42 Mbps

Mais ce n’est pas fini, car aujourd’hui, une quatrième génération (4G) est en train d’être déployée. Et je peux vous dire que ça décoiffe !

3g-versus-4g GSM, GPRS, Edge, 3G et maintenant 4G... les clés pour mieux comprendre les réseaux mobiles !

Si la 3G atteignait déjà des vitesses de téléchargement tout à fait confortables, la 4G permet le “très haut débit” mobile avec des débits théoriques à 300 Mbps (voir même 1Gbps pour la prochaine évolution). A 300 Mbps on peut télécharger un DVD de 4.7 Go en à peine plus de 2 minutes, en théorie !

Plusieurs générations coexistent

La 4G est arrivée timidement en France en 2012 et s’implante plus franchement ces derniers mois.

Aujourd’hui, plusieurs de ces générations coexistent chez un même opérateur. Et ce pour de nombreuses raisons :

  • le déploiement d’un nouveau réseau implique la plupart du temps l’installation de nouvelles antennes ce qui est long et très coûteux
  • tous les téléphones mobiles ne fonctionnent pas avec toutes les générations (il n’y a actuellement qu’une poignée de smartphones compatibles avec la 4G)
  • les nouveaux déploiement privilégient les zones densément peuplées et cela permet ainsi de couvrir une plus large partie de la population

Débit théorique vs. débit réel

J’ai volontairement parlé de débits théorique tout au long de cet article pour mettre en avant les ordres de grandeur… mais en pratique les utilisateurs n’auront jamais la chance de les atteindre. C’est pourquoi on parle aussi de débits réels, ceux que nous constatons vous et moi.

Encore une fois, plusieurs phénomènes expliquent cela :

  • les modèles de téléphones disposent de puces plus ou moins performantes
  • plus il y a de personne connectées sur la même antenne que vous, plus votre débit est réduit (c’est pour ça que les performances sont parfois moins bonnes dans les grandes agglomérations)
  • de même la distance par rapport à l’antenne à un impact

Et enfin, pour terminer, je vous ai concocté un petit tableau récapitulatif :

réseaux-mobiles GSM, GPRS, Edge, 3G et maintenant 4G... les clés pour mieux comprendre les réseaux mobiles !

Si la 4G a fait une arrivée fanfaronnante, nombreux sont les français dubitatifs… les débits sont très séduisants, mais ont-ils réellement une utilité ? L’avenir nous le dira mais une chose est sûre, le multimédia en profitera !

Sources : Wikipedia, marches-public.fr

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz