Avant 1983, rendre visite à un hôte sur un réseau nécessitait de taper un identifiant unique, à savoir son adresse IP (du genre 172.16.254.1). L’Internet des débuts était beaucoup, mais alors beaucoup moins étendu qu’aujourd’hui, et pour atteindre un site en particulier il fallait savoir où regarder.

Heureusement pour nous, l’Internet Engineering Task Force (un groupe de travail sur les standards d’Internet) a introduit une petite révolution sous la forme du Domaine Name System (DNS), qui a permis de faire correspondre des adresses IP numériques à des noms de domaines spécifiques. Plutôt que de devoir se souvenir d’une longue suite de chiffres, il suffit désormais de se souvenir d’une URL (Byothe.fr par exemple).

Avec le système des DNS sont apparues les extensions de nom de domaine. L’extension est le premier niveau du nom de domaine (TLD : Top Level Domain), comme par exemple .com ou .fr. Une majorité de sites utilisent le .com ce qui tend à faire oublier qu’au départ, chaque extension de domaine avait un but spécifique.

Faisons un petit tour dans l’histoire des extensions de domaine…

Petite historique des extensions de domaine

En 1984, l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA) définissait les 6 premières extensions : .com, .edu, .gov, .mil, .org et .net. Peu de temps après déboulaient les extensions à deux lettres, propres aux pays (.fr ou .us…). Puis en 1988, le .int fût créé.

web-design-1327873_1280 .com, .org ou .fr, à quoi servent les extensions de domaine ?

C’est à peu près à ce stade qu’Internet a commencé à prendre son envol. Non pas grâce aux extensions, mais disons que les extensions ont permis de rendre la navigation plus facile. Mais ce n’est qu’après la création de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), en 1998, que toutes les nouvelles extensions de domaine (en plus des extensions de code de pays) ont commencé à être utilisées.

À l’époque, l’ICANN avait conclu un accord avec le Département du commerce des États-Unis pour exploiter l’IANA. Cependant, un certain nombre de pays ont alors affirmé que la domination de ces organisations établissait les États-Unis comme les «leaders» de facto d’Internet (en plus d’être chef du monde… souvenez-vous des Guignols et de la World Company). Les USA ont fini par reconnaître cet état de fait et ont accepté en 2016 de transférer le contrôle de l’ICANN à une organisation internationale.

guignol-stallone-world-company .com, .org ou .fr, à quoi servent les extensions de domaine ?

Types d’extensions de domaine

Pendant longtemps, il n’y avait que les domaines génériques de premier niveau (gTLD) mentionnés plus haut. Un gTLD est maintenant considéré comme tous les domaines de premier niveau non parrainés, c’est-à-dire tous ceux qui ne sont pas restreints par des communautés spécifiques basées sur des critères ethniques, géographiques, professionnelles ou autre…

En 2000, une sélection de 7 nouveaux domaines de premier niveau a été rendue disponible : .aero, .biz, .coop, .info, .museum, .name et .pro.

L’ICANN a encore ajouté plusieurs séries d’extensions entre 2005 et 2007 incluant notamment .cat, .jobs, .mobi, .tel, .travel et .asia. Il s’agissait cette fois de sTLD c’est-à-dire de domaines de premier niveau parrainés. Ces domaines de premier niveau parrainés sont destinés à des communautés spécifiques : géographiques, ethniques, professionnelles, techniques…

En 2008, l’adhésion au système des TLD existant a commencé à changer. L’ICANN a lancé un nouveau processus de dénomination des TLD qui visait à “franchir un pas important dans l’introduction de nouveaux domaines génériques de premier niveau“.

Alors qu’auparavant un gTLD était presque exclusivement défini par une organisation, les entreprises peuvent désormais créer un gTLD arbitraire correspondant à leurs besoins (marque par exemple). Les frais d’inscription statutaire de l’ICANN pour un gTLD s’élèvent actuellement à $185 000 (+ des frais annuels).

Bien évidemment, les grosses entreprises se sont ruées sur l’opportunité afin de protéger leurs marques. Par exemple, Microsoft a demandé les extensions suivantes :

  • azure
  • bing
  • docs
  • hotmail
  • live
  • microsoft
  • office
  • skydrive
  • skype
  • windows
  • xbox

Apple s’est contenté du .apple mais Amazon en a demandé 76 et Google 101.

Si le coût d’acquisition d’un gTLD est bien de $185 000, en cas d’intérêt porté par plusieurs entreprises, on passe sur un système d’enchères. Amazon a finalement payé $4.5 millions pour le .buy et Google a dû lâcher $25 millions pour le .app.

Extensions restreintes ou non

Les extensions de domaine sont soit restreintes soit non restreintes. Un TLD parrainé est presque toujours restreint.

Par exemple, seuls les établissements d’enseignement accrédités sont admissibles à l’enregistrement d’un domaine avec une extension .edu. De nombreuses extensions de domaine de code de pays sont également restreintes et ne peuvent être enregistrées que par des citoyens ou des résidents du pays concerné par l’extension.

extension-domaine .com, .org ou .fr, à quoi servent les extensions de domaine ?De même, le .aero, parrainé par la société SITA, est réservé aux compagnies aériennes.

À l’inverse, les extensions de domaine sans restriction, comme .com, .org et .net, peuvent être enregistrées par n’importe qui. Il existe également des extensions de domaine de pays non restreintes. Cela a permis à des petits malins de détourner ces extensions en créant un mot à l’aide de cette dernière. Del.icio.us, par exemple, utilise le code de pays des États-Unis .us pour former le mot “delicious” (délicieux).

Pour terminer, vous pouvez consulter sur Wikipedia la liste de tous les domaines Internet de premier niveau et vous verrez qu’il y en a un sacré paquet ! Parmi mes préférés, je vous ai sélectionné : .bzh (pour les Bretons), .ceo (pour les patrons), .kim (pour les personnes portant le prénom Kim), .pink (pour les fans de la couleur rose)…

Mais au final, faites-vous vraiment attention aux extensions des sites sur lesquels vous vous rendez ?

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notifications
avatar
wpDiscuz